La VAE Aide soignante

Malgré un taux de chômage en France plus élevé qu’en Europe, il y a de nombreux secteurs qui recrutent !
Le travail d’aide-soignant, qui est accessible sans diplôme, séduit de plus en plus de postulants dans le secteur médico-social et fait désormais partie de ce métiers qui recrutent. C’est un métier où l’on trouve surtout des femmes mais de plus en plus d’homme font ce métier.

Alors comment devenir aide-soignant(e) ?

Il est possible de suivre une « formation classique » mais il est également possible de faire une Validation des Acquis de l’Expérience VAE pour devenir aide soignante.

Voici toutes les informations nécessaires pour accéder à cette profession de santé très recherchée et pour laquelle vous n’aurez aucun mal à trouver du travail.

Qu’est ce que le travail d’aide soignant(e) ?

L’aide-soignante est une professionnelle qualifiée pour soigner, soutenir et aider les personnes dans les activités de la vie quotidienne.
L’aide-soignante s’occupe du patient et l’assiste dans les activités de la vie quotidienne et veille à ce que ses vêtements et son espace de vie soient propres et bien rangés. Le patient peut être une personne malade, une personne agée ou une personne avec un handicap.
Il/elle travaille dans des établissements de soins en tenant compte des ressources disponibles, et ses actions sont orientées vers le maintien de l’autonomie du patient dans son milieu de vie. Ces spécialistes du soin travaillent sous la supervision d’infirmiers qualifiés et collaborent bien sûr avec d’autres professionnels de la santé comme les pharmaciens par exemple.

 

Devenir aide soignante par VAE

Pour devenir aide-soignant, il faut avoir obtenu le diplôme d’État d’aide-soignant (DEAS). Aucun diplôme spécifique n’est requis pour cela. Cependant, il faut être âgé d’au moins 17 ans et réussir un examen d’entrée.
Il est également possible de faire une VAE d’aide soignante. Cela consiste à mettre en avant son expérience et son acquis dans le domaine des soins, de l’hygiène et du confort pour obtenir le diplôme sans passer le concours.

Les expériences peuvent être professionnelles, salariée ou non, bénévoles, syndicales, électorale ou politique. Les formations, les contrats d’apprentissages et les stages peuvent également être pris en compte

 

Le dossier VAE aide soignante

Il est conseillé d’avoir au moins 2 à 3 ans d’expérience pour pouvoir obtenir le DEAS par VAE. Cependant, officiellement la durée demandé est seulement de 1 an, soit 1607 heures travaillées.

Livret 1 vae aide soignante

Il faut remplir 2 dossiers. Le premier dossier va être à destination de l’autorité sanitaire régional. Elle aura 2 mois pour donner une réponse positive ou négative au dossier. C’est le livret de recevabilité (livret 1). Il faut dans ce livret, fournir les preuves que l’on a bien exercé des activités en lien avec les soins ou des activités avec des aptitudes et compétences proches.

Livret 2 vae aide soignante

Moins de 12 mois après avoir eu le feu vert de l’autorité sanitaire pour continuer la démarche de VAE d’aide soignante, il faut préparer le second dossier.
Le second dossier (livret 2) est le dossier de présentation des acquis. Dans ce document, le candidat va décrire ses expériences et va les mettre en relation avec au moins 8 compétences nécessaires pour être aide soignant. Ces compétences peuvent être au niveau de l’hygiène, de l’organisation du travail, de la psychologie avec les patients, des soins, de la sécurité…

Pour obtenir et transmettre votre dossier de VAE, il faudra vous rendre sur le site : https://vae.asp-public.fr/vaeinfo/

Une fois le 2ème dossier reçu, le candidat aura un entretien oral devant un jury. Si le jury valide le candidat, il aura son diplôme.

Certains organismes et associations peuvent vous aider à préparer ces 2 dossiers ainsi que l’entretien oral.

Cependant le VAE n’est pas le seul moyen pour devenir aide soignante. La plupart des aides soignantes suivent le parcours « classique ».

 

Le concours d’entrée à l’école préparatoire au DEAS

Le candidat s’inscrit (de janvier à mars) aux épreuves d’admission dans un institut de formation agréé par le ministère de la santé.
Les candidats ayant un diplôme de niveau V ou de niveau IV (BAC, DAEU…) dans le secteur sanitaire et social (BEP Sanitaire et Social, CAP Petite Enfance…) n’ont pas besoin de faire l’épreuve écrite.

Épreuve d’admissibilité :
Il s’agit d’une épreuve écrite de 2 heures portant sur le programme de nutrition, d’alimentation et de biologie du BEP Sanitaire et Social. En mathématiques, vous devez connaître les opérations de base (addition, multiplication, soustraction, division) et savoir faire des conversions. Il y a aussi des questions de culture générale basées sur la lecture d’un texte.

L’épreuve d’admission :
Il s’agit d’une épreuve orale d’une durée de 15 à 20 minutes. Le candidat traite d’un thème issu du domaine paramédical et social.

La formation d’aide-soignant

Lorsque la candidate réussit le concours, elle est admise en formation. La durée de la formation est de 10 mois et comporte 17 semaines de cours théoriques (595 heures) et 24 semaines de stage (840 heures).
L’enseignement comprend 8 modules :

  • accompagner une personne dans les tâches de la vie quotidienne,
  • l’état clinique d’une personne,
  • les traitements (avec une formation aux procédures et aux soins d’urgence),
  • l’ergonomie,
  • la relation/communication,
  • l’hygiène des locaux hospitaliers,
  • la transmission des informations,
  • organisation du travail.

Les modules sont validés par un examen écrit ou par un stage en entreprise (obligatoire pour les modules 1 et 3). Le jury est composé du maître de stage et d’un enseignant de l’école d’infirmières.

 

Le diplôme d’État d’aide-soignant DEAS

Lorsque le candidat a terminé sa formation, le « Directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale » lui délivre le Diplôme d’Etat d’Aide-Soignant (DEAS).
Comme tous les diplômes du secteur paramédical, le DEAS est également accessible par la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), comme nous l’avons vu précedemment.

Évolution de carrière

L’aide-soignant peut devenir auxiliaire médical ou, par la formation continue, se spécialiser dans certaines activités : agent de chambre mortuaire, agent de stérilisation, hémodialyse, aspiration endo-trachéale, assistant en gérontologie.
D’autres professions sociales ou paramédicales sont accessibles aux aides-soignants ayant quelques années d’expérience et souhaitant s’y former : assistant dentaire, aide médico-psychologique, moniteur-éducateur, laborantin d’analyses médicales, infirmier. Ainsi, les aides-soignants ayant 3 ans de pratique à temps plein peuvent rejoindre un IFSI (Institut de formation en soins infirmiers) après avoir été admis aux épreuves de sélection.

 

Le quotidien d’un aide soignant

Comme son nom l’indique, le travail d’un soignant est basé sur les soins personnels, l’aide à la vie et les soins aux patients (à l’hôpital ou à domicile).
Ces professionnels de la santé dispensent des soins quotidiennement ou quasi-quotidiennement à des patients adultes et/ou enfants. L’aide-soignant est responsable de l’environnement du patient et vise à lui apporter un soutien tant physique que psychologique. Cette notion de soutien psychologique est importante. Cependant, elle est souvent oubliée quand on parle en détails du travail de l’aide soignant. Hors, l’aide soignant est parfois l’un des seuls contact humain du patient. Son rôle psychologique est donc primordiale.

Parmi leurs différentes tâches, ces professionnels des soins portent les plateaux repas et peuvent également nourrir les patients si leur état le nécessite. Outre les soins infirmiers de base et la socialisation avec les patients, l’aide-soignant veille à l’hygiène des locaux, au confort des patients, aux soins d’hygiène et assure la continuité des soins entre les soignants.
L’aide-soignante est là pour suivre les patients, qu’ils soient momentanément souffrants ou en situation de complète dépendance.

Bien entendu, le métier d’aide soignant va être sensiblement différent selon que l’aide est faite en établissement de santé (EHPAD, hôpital, clinique…) ou directement chez le patient. Le métier d’aide soignant à domicile nécessite plus de flexibilité et plus d’expérience.

Quelles sont les compétences et qualités requises d’une aide-soignante ?

Le métier d’aide-soignant requiert un grand nombre de qualités, d’aptitudes et de compétences.
Sur le plan physique, il faut être assez fort pour aider les patients à se déplacer ou à changer de position. Il faut aussi être capable de travailler à un rythme soutenu.
Le soignant doit être sociable et rassurant, car c’est souvent lui qui recueille les confidences des patients, les médecins n’ayant pas toujours le temps d’écouter les patients.
Une autre qualité requise est l’esprit d’équipe et une bonne écoute.

Le travail d’une aide-soignante demande d’être méthodique pour pouvoir tenir les chambres en ordre et donner les repas à un rythme régulier.

En ce qui concerne les savoir-faire spécifiques aux métiers des soins et de la santé, l’aide-soignante doit mettre en œuvre au quotidien les compétences acquises lors de sa formation, notamment :

  • Les techniques de manutention physique
  • L’identification des signes et du degré de la douleur
  • La diététique
  • Les soins infirmiers
  • Les pathologies de l’enfant
  • Pathologies du vieillissement
  • Pathologies psychiatriques
  • Manipulation du matériel (lit médicalisé, lève-malade, etc.)
  • Règles d’hygiène et d’asepsie
  • Procédures de retraitement des déchets
  • Protocoles de lutte contre les infections nosocomiales

 

Les lieux et les conditions d’emploi d’un aide soignant

La majorité des aides-soignants travaillent en tant que salariés.
Certains travaillent dans des cliniques ou des hôpitaux, d’autres dans des centres de soins, des établissements pour personnes âgées comme les EHPAD ou les services de santé des armées.
Le métier d’aide-soignant peut également être exercé au domicile des patients en lien avec l’équipe soignante (infirmiers, agents de service hospitalier, médecins…).
Les aides-soignants sont souvent amenés à travailler en équipe, le week-end, les jours fériés et la nuit, et peuvent être soumis à des astreintes dans les hôpitaux.